blogs.fr: Blog multimédia 100% facile et gratuit

Luchon, La Reine Des Pyrénées

Blog multimédia 100% facile et gratuit

 

BLOGS

La huitième édition du Festival de Luchon est une belle réussite

La huitième édition du Festival de Luchon est une belle réussite

Blog dans la catégorie :
Actualités

 

Statistiques

 




Signaler un contenu illicite

 

Luchon, La Reine Des Pyrénées

VERONIQUE COMBOUILHAUD, MARRAINE 2007

Le 13/01/2007

Chevalière de la légion d'honneur, le 12 novembre 2004 Julie Lescaut, la nouvelle Rintintin de TF1 Véronique Genest, sans margarine Véronique Genest, après la margarine Et le vrai Rintintin, à droite sur la photo

Chevalière de la légion d'honneur, le 12 novembre 2004
Chevalière de la légion d'honneur, le 12 novembre 2004 

Luchon / Festival du téléfilm

 

Le nom de la présidente est désormais connu pour l’édition 2007

 

VERONIQUE COMBOUILHAUD,

PRESIDENTE 2007

 

Tout le monde savait à Luchon, dès le mardi 9 janvier, qui serait la Présidente du Festival du Téléfilm de Luchon du 7 au 11 février 2007. Bien loin derrière la filmographie et le talent du précédent Président, Tchéky Karyo en 2006, c’est une actrice un peu pâle, « made in TF1 », qui va représenter, et la Ville de Luchon, et le Pays de Comminges. Illustration d’une animation qui s’annonce comme la seizième saison de la soupe aux navets, version « Julie Lescaut », dans son 70ème épisode.

 

     Aujourd’hui, on peut faire de la publicité pour un berlingo, de la chapelure, ou un dindonneau, et présider le 9ème Festival 2007 du Téléfilm de Luchon. Peut-être parce-que, entre temps, il y a eu celle pour une crème anti-rides. Non, mille excuses, le Pro-Activ n’est pas dans un anti-rides, mais dans une margarine « 2004 », ou comment passer de trois « Sept d’or » pour la meilleure comédienne de fiction (en 1996, 1999 et 2001), aux « Fruits d’or », la marque de la margarine. De la télé tout court, après de la « Télé Sept jours »… sur sept. Naturellement, il faut avoir été élevé d’abord au grade de Chevalier de la Légion d’Honneur, le 12 novembre de cette même année 2004, par le Président de la République, en raison de ses 24 années d’activités professionnelles et artistiques comme Madame Genest, née Combouilhaud (Véronique, Raymonde, Marie), épouse Bokobza, comédienne, productrice, plus connue aujourd’hui sous le nom de l’héroïne qu’elle incarne à 21h00, sur TF1, depuis 15 ans, et environ 70 épisodes : « Julie Lescaut ».

 

     Nous avions jadis, en France, un chanteur de rock, ex-cocaïnomane, aujourd’hui « réfugié fiscalement » en Suisse, qui nous vendait ses paires de lunettes. Cette année, à Luchon, peut-être pour que cela passe mieux, la Meldoise (ou la Miauleuse) de service  nous vendra sa margarine…; car Véronique est née le 26 juin 1957 à Meaux, en Seine-et-Marne (77), ville désormais célèbre pour ses 83 hérétiques cathares brûlés un 22 mai 1239, son mauvais payeur Charles II le Chauve, ses comtes de Champagne (de Meaux), ou, plus près de nous, son maire UMP, et actuel Ministre Délégué au Budget, Jean-François Copé, rendu illustre pour sa définition des « classes moyennes à 4000 euros par mois ».

 

     Accédant à la célébrité en 1983, comme prostituée, dans le film désormais inclassable « Debout les crabes, la mer monte », c’est en Commissaire de Police que 8 à 11 millions de français reçoivent Véronique chez eux depuis 15 ans, via leur petit écran, sous les formes de « Julie Lescaut », la nouvelle « Rintintin » du PAF (Paysage Audiovisuel Français) pour TF1, toujours accompagnée de son fidèle inspecteur N’Guma… De quoi se tordre de rire, si les scénarios de TF1 n’étaient pas aussi ennuyeux. Dommage. Mais avec une coupure publicitaire nous vantant les mérites d’une bonne margarine, cela passe mieux, sauf si on se trompe en l’appliquant, parce-que « Pro-Activ », ça fait vraiment anti-rides (Mais si, attention). En 1981, Luc Besson rencontra Jean Réno alors qu’il était assistant-réalisateur d’un des plus grands navets jamais produits en France, « Les Bidasses aux grandes manœuvres », un monument d’histoire cinématographique avec Galabru, Préboist et Brigitte Lahaie. Mais, plus tard, il fit tourner Tchéky Karyo dans plusieurs de ses films, et notamment « Nikita ». Ça, c’est du cinéma, que ça plaise ou pas. Depuis 1981, Véronique Genest a péniblement tourné dans une vingtaine de films, pour plus de 70 feuilletons aux « normes TF1 », et ça, malheureusement, ce n’est que de la… « Télé ».

 

                                                                                                            Jérôme HOTTA